Fin prématurée des 8 heures de Spa pour Werner Daemen

Quand l’équipe Alpha Technik-Van Zon débarque à Francorchamps pour participer aux 8 heures de Spa, l’épreuve phare de la saison, elle dispose d’une BMW S 1000RR d’origine. Seuls ont été changés le système de ravitaillement en essence et les fixations des roues par des systèmes rapides adaptés aux courses d’endurance. On sait en effet que c’est aussi dans les stands que se gagnent ces épreuves. Les pilotes, Werner Daemen et Julian Mazuecos sont équipiers au championnat IDM Superbike où ils pilotent des BMW mais développées suivant le règlement du championnat d’Allemagne. Si Werner est un habitué du « plus beau circuit du monde », pour Julian, le toboggan de Francorchamps est une première. Vendredi matin, épaulé par les conseils du maître Werner, Julian découvre le circuit et ses pièges. Werner se lance dans quelques tours pour peaufiner les réglages de la BMW . Tout cela, sous un soleil radieux.
Fin prématurée des 8 heures de Spa pour Werner Daemen
Alpha Technik-Van Zon au complet
Mais quand les choses sérieuses commencent avec les essais en fin de journée, un orage s’abat sur la cuvette de Francorchamps. Le spectacle son et lumière est magnifique mais pour les essais c’est une autre paire de manches. La foudre tombe sur une cabine d’électricité privant une partie du circuit de courant. La séance est suspendue. Quand les qualifs commencent pour Julian à 20 h 15, ce n’est pas facile : il pleut, l’obscurité tombe. Il s’applique et réalise un bon chrono. Puis, c’est au tour de Werner qui signe le second temps de son groupe. Pas le temps de changer de cuir, déjà il faut repartir pour les essais de nuit obligatoires pour chaque pilote. Un exercice indispensable comme préparation à une épreuve qui se dispute en partir de nuit : le circuit n’est en effet pas éclairé si ce n’est dans la zone des stands. La plus grande partie est plongée dans l’obscurité, une difficulté supplémentaire surtout pour ceux qui découvrent le tracé. Si la pluie a diminué, certains passages sont plongés dans le brouillard ce qui ne facilite pas la reconnaissance des points de repère pour les trajectoires. Julian et Werner s’en tirent bien.
Samedi matin pour la seconde qualification, un peu de brouillard, un peu d’humidité n’empêchent pas les chronos de descendre largement sous les 3 minutes. A l’addition des temps de Werner et de Julian, la BMW prend la 5ème place sur l’épi de départ.
Fin prématurée des 8 heures de Spa pour Werner Daemen
A 16 heures, les pilotent sprintent à travers la piste, enfourchent leur machine et s’élancent à l’assaut du raidillon. C’est Julian qui assume cette responsabilité pour la BMW n°6. Il est 6ème au moment d’attaquer le mur. Après une petite heure, il cède le guidon à Werner. Tout se passe bien. A la première heure de course, leur BMW, la seule du plateau, pointe en 3ème position. Elle est à 7 secondes du leader, Jadoul Motorsport. Werner attaque et prend bientôt le commandement à la faveur des ravitaillements. Il cède la machine à Julian, le ravitaillement traîne un peu, il ne repart pas en tête. Mais la course est longue, rien n’est fait. Cependant, Julian est dans son 4ème tour quand la roue arrière se bloque dans le virage de Bruxelles. Le pilote est éjecté, retombe sur le dos et glisse longuement sur l’asphalte. La moto termine dans les graviers par des cumulets. Impossible de la ramener. Le transpondeur est rentré ce qui signifie la fin de l’aventure après moins de 2 heures de course.

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,371FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité