Essai du Shark modulable EvoLine

Une technicité spectaculaire
Essai du Shark modulable EvoLine

Le constructeur français Shark, qui s’est fait un nom rapidement dans l’univers de la course, a peaufiné longuement son EvoLine. Ce casque modulable est un condensé de technologies bourré de qualités. il n’est cependant pas exempt de reproches.Unique, l’EvoLine l’est à plus d’un titre: parce qu’il est esthétique à la fois en intégral et en jet, parce qu’il est garanti 5 ans et -surtout- parce qu’il est le seul casque sur le marché à jouir d’une double homologation, jet et intégral. Cet exploit technique, il le doit évidemment à sa qualité de fabrication générale, mais aussi à sa mentonnière rétractile révolutionnaire puisqu’elle vient se positionner à l’arrière et non sur le dessus comme c’est le cas d’ordinaire. Un EvoLine est donc deux casques en même temps, ce qui le rend éminemment pratique. Et puis, l’originalité est assez rare pour qu’on la célèbre à sa juste valeur. C’est du lourd!

Essai du Shark modulable EvoLine

La surprise initiale que vous réserve l’EvoLine, c’est son poids: les mécanismes pèsent (la fermeture de mentonnière est en acier inoxydable, par exemple) et le matériau retenu est le polycarbonate Lexan, en général plus lourd que les alliages composites. Au total, Shark annonce 1950g. nous avons pesé notre exemplaire (une taille XL) à 1970g. La question légitime que l’on se pose est évidemment de savoir si ce poids est une… tare à l’usage. Eh bien pas vraiment, même si on a tendance à le sentir davantage lorsque la tête est fort inclinée, comme sur une sportive par exemple.Mais, ce n’est pas pour chasser le chrono que Shark a développé son nouveau modèle. c’est plutôt pour le public urbain et celui des randonneurs/voyageurs au long cours. Aérodynamique mais…

Essai du Shark modulable EvoLine

Reconnaissons que la plupart des casques modulables fendent l’air comme une moissonneuse, a fortiori lorsqu’ils sont ouverts. Rien de tout cela avec l’EvoLine: la fluidité de ses lignes et reliefs a fait l’objet d’études poussées et il en bénéficie à plein. Pour mieux nous en rendre compte, nous l’avons testé au guidon de motos diverses, de l’ancêtre à la Fireblade 2008. Le résultat est probant: quelles que soient la machine et la vitesse retenues, l’EvoLine pénètre le flux aérodynamique (presque) comme une lame. à ce titre, nous pensons que le déflecteur anti-remous qui garnit le bas de la mentonnière n’est pas étranger à ces bonnes prestations. Remarque importante, cet excellent comportement aérodynamique reste -en partie- de mise en configuration jet, même si les turbulences sont évidemment plus présentes au niveau du menton. Ceci dit, et c’est classiquement le cas avec les casques sportifs haut de gamme pourtant supposés être les meilleurs, bon coefficient aérodynamique ne signifie pas forcément silence de fonctionnement. De fait, l’EvoLine est (très) bruyant en tant qu’intégral si votre véhicule n’offre pas de protection suffisante. Qu’il soit bruyant en jet, personne ne le lui reprochera. on soulignera au contraire que maints jets le sont davantage que lui. Pourtant, en intégral, on ne note pas de courants d’air à l’intérieur. les bruits aérodynamiques sont donc la conséquence des divers mécanismes qui animent la calotte, on pense notamment à la commande à glissière de l’écran solaire mobile.

Pratique et confortable mais… Conclusion
Essai du Shark modulable EvoLine

Pas de problème à l’enfilage, la boucle de jugulaire  » Precise Lock  » à cliquet est précise et facile, la (dé)pose de la visière ne nécessite pas d’outil, l’écran solaire est d’un maniement aisé et la mentonnière se manipule d’une main. Tout est donc fait pour que l’EvoLine s’avère pratique. soulignons d’ailleurs que les deux visières sont traitées antibuée et antirayures et que, pour les porteurs de lunettes, porter sa monture est facile en configuration jet (moins en intégral), deux bons points. L’habillage intérieur (démontable et lavable, cela va de soi) est en Coolmax et s’avère agréable pour la peau même si les joues transpirent rapidement. par ailleurs, le visage est bien soutenu dans les deux configurations.En intégral, on note que les aérations s’avèrent peu efficaces. ne jetons pas la pierre au fabricant français néanmoins: les aérations de casques efficientes sont rares. Soulignons aussi la bonne étanchéité à l’eau : en vérité, pour peu que vous fermiez toutes les aérations, vous restez parfaitement au sec . sans quoi, de microgouttelettes s’infiltrent par l’aération de la mentonnière. Donc, jusqu’ici, l’EvoLine signait pour nous un virtuel sans-faute, parce que le niveau sonore n’est pas à proprement parler un défaut, d’autant qu’il dispara&icirc.t sur une GT ou un gros scooter par exemple. Notre principal grief au terme de cet essai, vient de l’effet  » barre sur le front  » que nous a réservé notre casque de test: après environ une heure d’utilisation, la  » barre  » est présente et son effet s’accentue bien s&ucirc.r avec le temps. Plus votre position est inclinée vers l’avant, plus vous en ressentez les effets néfastes. plus vous êtes droit au guidon, plus longtemps vous roulerez sans douleur. Il vous faudra donc essayer longuement l’EvoLine avant de vous décider car il est acquis que ce genre de caractéristique est fonction de votre morphologie. Remarquez que si vous constatez l’apparition de la barre après l’achat, il vous reste toujours le bon vieux système D: écrasez proprement le rembourrage au niveau du front, et le problème s’estompera ou dispara&icirc.tra purement et simplement…

Essai du Shark modulable EvoLine

ConcluonsEn dépit de nos deux réticences liées au bruit et à la  » barre de front « , l’EvoLine reste une réussite technologique. Un pied de nez de Shark à la concurrence qui croyait utopique de disposer simultanément des deux homologations. En outre, le prix de vente de 359€ nous semble démocratique au regard des aspects pratiques pléthoriques proposés par ce beau casque. Car, c’est un confort énorme de pouvoir transformer son intégral en jet lorsqu’il fait chaud, ou en ville, ou encore lorsqu’on roule avec un passager et que l’on souhaite pouvoir en être entendu. On reconna&icirc.tra que son architecture de modulable adapte davantage l’EvoLine à l’usage routier qu’à l’utilisation sportive. mais cela n’enlève rien à la prouesse technique signée par Shark. Cocorico!

Geoffroyhttp://www.Objectif-moto.Com
Motard et SimRacer passionné, j’aime partager avec vous mes découvertes au travers d’Objectif-moto et Objectif-Racing!

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité