Courses passionnantes à  Dijon

Courses passionnantes à  Dijon
Notre expédition au circuit de Dijon en cette mi-juillet nous aura permis de vivre une série d’épreuves particulièrement disputées. Même si la météo fut mitigée, la pluie eut le bon goût de ne nous rafraîchir que lors des séances qualificatives et d’oublier les courses qui, toutes, se disputèrent sur une piste sèche. Des compétitions qui restèrent indécises jusque sous le drapeau à damier, même si les favoris finirent par émerger.Mais voyons cela plus en détail…
Endurance : Le Grelle-Mertens en toute logique
Courses passionnantes à  Dijon Courses passionnantes à  Dijon
Hormis lors des indispensables ravitaillements, le tandem d’Honda In Action s’est toujours retrouvé au commandement des deux manches de deux heures. Mais n’allez pas croire pour autant que l’opposition fut absente. Que du contraire ! Derrière cela chassa ferme avec notamment un courageux Grégory Fastre qui, en chargeant son camion, avait chuté et s’était occasionné un arrachement osseux à la cheville. Cet handicap, ajouté à celui de la cylindrée, n’empêchait pas Greg et son complice Michel Weynand de rester en embuscade derrière les leaders, nouvelle preuve que la Yamaha R6 préparée par le Campus Francorchamps est une arme redoutable.
Ils devaient néanmoins composer avec les ambitions de Marc Fissette/Fabian Le Grelle ou encore avec la régularité de Reymenant/Geudens. Ceux-ci allaient d’ailleurs remporter la classe réservée aux concurrents exploitant deux motos devant D’hondt/ Van Vossel.
Tout un temps, Huyskens/Van den Broeck se plaçaient dans ce lot de tête, mais une grille de radiateur mal fixée venait frotter le pneu avant, l’entamant jusqu’à la corde. Comme leur Yamaha R1 ne dispose pas d’un changement rapide de roue, la perte de temps fut conséquente. Ce problème de grille en engendrait un autre lors de la seconde manche : un caillou venait trouer le radiateur, amenant une nouvelle longue perte de temps au stand.
En Challenge 600, le Team Freinetard représenté par Christophe Marcon/ Sylvain Pradier justifiait son appellation en s’imposant d’abord à Bourguignon/Gaziello ensuite à Brandt/White au cours d’une seconde manche qui vit aussi la sortie de la Safety Car. En effet, après un quart d’heure de course, Steven Dierickx effectuait une lourde chute et se brisait le fémur. Toute notre équipe lui souhaite un prompt rétablissement.
Courses passionnantes à  Dijon
Belgian Superbike : un fabuleux sprint…
La première manche fut épique puisqu’un quatuor se disputait le commandement. On retrouvait Sébastien Le Grelle, Patrick Quintens, Grégory Fastré et Tom Van Looy. Si celui-ci fut le premier à se faire distancer au fil des tours, les trois autres se tenaient au plus près et nous offrirent un sprint d’anthologie. Un coude à coude d’où émergeait Le Grelle, mais à ce point serré que les chronométreurs devaient départager « de visu » Quintens et Fastré.
La seconde confrontation allait malheureusement être écourtée. Alors qu’il avait pris le commandement après la chute de Le Grelle et les problèmes de suspension rencontrés par Patrick Quintens, Grégory Fastre faisait également la connaissance avec le macadam dijonnais. Malgré tous ses efforts, Tom Van Looy, qui le suivait au plus près, ne pouvait l’éviter. Relevé avec de multiples fractures au bassin, le pilote de la Ducati en a pour quelques mois d’inactivité. Courage Greg.
Comme l’impose le règlement, le classement était établi sur les positions acquises lors du passage précédant l’arrêt de la course. Une maigre consolation pour notre blessé…
Au rayon des Juniors, Yvon Gilissen confirmait ses succès ostendais. A chaque fois, il prit l’ascendant sur TomVermoesen (pourtant très incisif en seconde manche) et Michaël Baeyens. A signaler les bonnes entrées en matière de Michaël Renerte qui resta longtemps dans le sillage de ce trio.
Courses passionnantes à  Dijon

Belgian Supersport : « Seb », c’est bien !
Sébastien Le Grelle a très nettement dominé les deux confrontations réservées à cette catégorie particulièrement fournie. Mais il est vrai que certains éléments plaidèrent en sa faveur. Tout d’abord le Hollandais Rafaël Sinke ne pouvait lui donner la réplique par la faute d’un problème d’électronique en première manche. Karl Dutronquois tenta bien de reprendre ce rôle à son compte, mais il se faisait distancer petit à petit. La troisième marche de ce premier podium était plus âprement disputée. Franck Gaziello, un inter français, Marc Fissette et Frederiek Mahau terminaient dans un roue dans roue palpitant.
Pour la seconde manche, on inversait les rôles. Dutronquois chutait et abandonnait, alors que Sinke restait constamment en embuscade derrière le futur vainqueur. Comme auparavant, la troisième place fut encore des plus disputées. Marc Fissette prenait petit à petit ses distances par rapport à Arnaud De Kimpe. Arnaud, qui fait ses classes en French Cup, n’est autre que le fils d’Yves qui, en son temps… celui des de Radiguès et consort, remporta le Casque Samouraï Kawasaki. Arnaud résista bien à Gaziello mais également à Mahau et Gian Mertens, classés dans cet ordre.
En Juniors, si le samedi Nikita Bruynooghe parvenait d’abord à surprendre Vick De Cooremeeter, il ne parvenait plus à retrouver la même allure le lendemain. Et De Cooremeeter prenait sa revanche d’autant plus nettement que Richard White et Kristof Dams, qui ne se quittèrent quasiment pas durant tout le week-end, faisaient également entendre raison à Vick. Voilà qui, assurément, relance la course au titre dans cette catégorie !

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité