AGV K6, le routard affûté

Avec ce nouvel intégral K6, AGV nous refait le coup du Sportmodular sorti il y a deux ans: commercialiser un casque qui joue sur plusieurs tableaux en tirant profit de son expérience de la course et des retours de ses pilotes, le grand VR46 en tête.

AGV K6, le routard affûté
Le support Cosmo Connected à l’arrière n’est évidemment pas d’origine. Notez le creux du profil bas pour éviter la fracture de la clavicule.

Justement, Valentino Rossi étant si friand pour ses heaumes de décorations tapageuses mais inspirées, on peut regretter que le manufacturier italien cantonne le K6 à des décos assez sobres, mais c’est probablement un choix destiné à ne pas rebuter les routards. Et tant qu’on y est, épinglons d’emblée notre second grief à l’égard du nouvel italien: si ses aérations sont très élaborées (2 sur la mentonnière, 3 frontales et 2 extracteurs arrière), elles ne sont pas toujours simples à manipuler avec des gants un peu épais et, qui plus est, leur efficacité n’est pas optimale. Elle est correcte, sans plus, mais n’atteint pas les performances des dispositifs intégrés par AGV dans ses casques racing Corsa et Pista. Ceci dit, c’est sans doute aussi une conséquence de l’orientation plus routière -et donc plus généraliste- du K6.

AGV K6, le routard affûté
Les aérations sont nombreuses mais peu maniables avec des gants et leur efficacité est perfectible.

Qui aime bien châtiant bien, nous avons commencé cet essai par deux bémols car, pour la suite, ce sera presque un plébiscite. Soulignons encore ceci avant d’en dire plus: l’excroissance noire visible à l’arrière du casque sur certaines de nos photos n’est pas d’origine, il s’agit de la base aimantée d’un feu additionnel Cosmo Connected…

Qualité à tout va

La qualité perçue se déploie dès l’ouverture du packaging avec un sac de transport de qualité, du lubrifiant fourni pour les crémaillères de la visière, une bavette anti-remous et un Pinlock MaxVision 120, la variante de la lentille antibuée développée pour les situations extrêmes mêlant fortes pluies et basses températures. Petite déception: nous aurions aimé découvrir aussi dans l’emballage une visière fumée puisque, vu l’orientation partiellement sportive du K6, ce nouvel intégral n’embarque aucun écran solaire intégré de façon à augmenter sa résistance structurelle aux impacts.

AGV K6, le routard affûté
Plus simple et intuitif que ce mécanisme, nous ne connaissons pas.

Ceci dit, la visière fournie par AGV propose bien d’autres qualités comme son épaisseur variable (jusqu’à 4,3mm!), son système de (dé)pose simplissime et son dispositif Micro-lock qui lui permet de rester légèrement ouverte même à haute vitesse (le déflecteur nasal assure alors le confort respiratoire indispensable). Cerise sur le gâteau, la visière est aussi de classe optique 1, ce qui garantit l’absence totale de distorsion et lui autorise d’être portée toute la journée sans risque de fatigue oculaire.

AGV K6, le routard affûté
Le système Micro-lock permet de verrouiller la visière entrouverte ou hermétiquement fermée.

Sécurité béton, poids plume

Depuis longtemps, AGV axe son argumentaire sur la sécurité et le K6 ne déroge pas à la règle. Ainsi, le dossier de presse nous apprend que le nouvel intégral, dont la calotte déclinée en quatre tailles est faite de fibres d’aramide et de carbone, excède de 48% les capacités de protection exigées par les différentes législations. Avec ce résultat, le K6 atteint ni plus ni moins que le niveau de protection exigé en MotoGP. Le calotin en EPS à 5 densités n’y est évidemment pas étranger non plus. A titre d’exemple, le profil du casque laisse voir un creux qui est en réalité destiné à minimiser les risques de fracture de la clavicule, bien vu!

AGV K6, le routard affûté

Autre caractéristique mise en exergue par AGV: le poids de son nouvel intégral. Il est vrai que les 1300g mesurés par nos soins sur une taille XXL sont un résultat remarquable et digne des meilleurs casques racing.

Performances convaincantes

Le K6 n’est pas seulement léger; à l’usage, il s’avère aussi très bien équilibré, de sorte que le porter plusieurs heures durant ne nous a jamais posé le moindre problème malgré la présence de nos lunettes. Autant le préciser pour les bigleux, ce nouvel AGV est vraiment glasses friendly et même une monture épaisse y trouve sa place sans aucunement vous gêner.

Un point fort que l’on mesure dès qu’on l’enfile, c’est le confort de l’intérieur: moelleux et doux au toucher, le K6 joue les chaussons. Le revêtement interne se distingue aussi par sa faculté d’absorption de la transpiration, de sorte que l’on reste au sec, même en ville sous un radieux soleil. Et si d’aventure on a vraiment beaucoup transpiré, quelques minutes d’arrêt suffisent à sécher ce tissu spécifique labellisé 2Dry.

AGV K6, le routard affûté
A l’usage, confort, isolation acoustique et aérodynamique sont les qualités marquantes du K6.

Dernière constatation immédiate lorsqu’on porte le nouvel AGV, il offre un champ de vision panoramique. Avec 190° d’ouverture horizontale et 85° d’ouverture verticale, vous avez droit au format Imax sans aller au cinéma. Là encore, c’est une caractéristique héritée du monde de la course: quel que soit le type de moto et la position qu’on adopte, on voit bien et partout.

Essayé sur diverses motos comme en attestent nos photos, et notamment sur de surpuissants roadsters qui l’ont malmené, le K6 met encore en avant des qualités primordiales: son aérodynamique et son silence de fonctionnement, deux alliés de choix pour les roule-toujours.

AGV K6, le routard affûté
Le champ de vision dégagé par la K6 est panoramique.

Les galbes épurés et fluides de sa calotte plutôt compacte permettent à l’AGV de pénétrer l’air comme le ferait un intégral racing haut de gamme; à ce point de vue, il n’a rien à envier à notre Corsa. Il négocie des bulles de tailles diverses ou le sillage de gros véhicules sur l’autoroute sans vous secouer la tête plus que de raison. Autre conséquence directe de cette aérodynamique soignée et tout en fluidité, un niveau sonore très bien jugulé. Sur ce point le K6 se démarque des casques sportifs qui sont prévus pour être portés avec des bouchons: ici, pas de sifflements intempestifs et un niveau de bruit qui reste confortable même sans protections auditives.

AGV K6, le routard affûté
Une boucle Double D, quoi d’autre?

Bilan

Les basiques du style intérieur hypoallergénique et antibactérien, démontable et lavable ou le dispositif d’extraction d’urgence des mousses sont évidemment de la partie pour ajouter hygiène et facilité au nouveau venu transalpin. Au sortir de ce test de plusieurs milliers de kilomètres, reconnaissons à AGV que le cahier des charges est respecté -et ce n’était pas une mince affaire- puisque le K6 dispense effectivement les avantages des deux univers: confortable, pratique et silencieux comme un casque routier haut de gamme; léger, aérodynamique et sécuritaire comme un prédateur de chronos. Avec des prix s’échelonnant de 429,95€ à 499,95€, le K6 n’est évidemment pas bon marché, mais si on le compare aux hauts de gammes sportifs dont il égale virtuellement les performances, il reste abordable avec le confort et le silence en prime. Beau bilan, signor!

AGV K6, le routard affûté
Tout le charme italien…
Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger.

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,402FansLike
200FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité