Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

La devise de FVP est « Faites Vous Plaisir » et l’un de ses atouts principaux est avant tout son esprit familial car c’est une société qui s’est créée il y a une vingtaine d’années maintenant, partant d’une idée de copains. La société a été reprise par Barbara Schoepfer et Florent Picaud il y a trois ans. La tradition se perpétue sur cet esprit familial et c’est là vraiment ce qui leur tient à cœur. D’ailleurs, l’ensemble du Team y est pour beaucoup, ce qui est d’une importance capitale pour eux. Donc FVP passe d’environ 35 à 40 journées de roulage par année, il y a trois ans, à environ 55 à 60 journées de roulage actuellement.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Les grandes particularités de FVP sont son accueil multilingue qui est quelque chose de très important et, tout autant cher à leur cœur, c’est bien sûr l’accueil, la communication avec la clientèle. C’est aussi quelque chose qui se prépare, dès la commande du client, à partir du moment où ils peuvent le conseiller sur d’éventuels circuits, niveaux, etc.. Où le client peut-il y participer ? Comment ? Toutes ces questions et bien d’autres auxquelles ils sont attachés à y répondre, tout autant que d’accueillir la clientèle sur le circuit, les guider, pour que leurs journées se passent très bien.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Ceci se fait par l’intermédiaire de leur Team. Ainsi, durant ces journées circuit, les pilotes peuvent évoluer en toute quiétude, en toute sérénité, à leur propre gré et exprimer leurs questions ou remarques car chaque membre du Team y répond très volontiers.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

La priorité de FVP aujourd’hui se tient aussi sur les roulages qu’ils effectuent, avec plutôt une clientèle qualifiée de familiale et Gentlemen Drivers. C’est aussi cela le créneau FVP. Ce sont des gens qui prennent soit des journées et/ou des week-ends de roulages que FVP essaie de louer exclusivement pour eux.
Ces pilotes se déplacent en grande famille car les tranches d’âges de ces gens se situent pour passé 45% de personnes, entre 34 et 45 ans. Et pour le 20%, entre 45 ans et plus. Cette dernière tranche d’âges donne beaucoup d’aplomb et de sérénité à l’ensemble de ces participants, ce qui dégage une ambiance très sympathique sur le paddock. Ces gens ont tous un travail, donc leur but est d’aller se faire plaisir sur la piste et de rentrer le dimanche soir avec le sourire pour reprendre leurs activités, sans aucun souci, le lundi matin. Ceci est vraiment ce qui est cher à FVP.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Pour des raisons climatiques, la saison commence au mois de mars en Espagne et se termine au mois d’octobre au Portugal. Le choix de l’ensemble de ces circuits se programme en général bien avant le tout début de saison pour établir un calendrier annuel permettant à chacun de bien pouvoir organiser ses roulages tout au long de la nouvelle saison. C’est donc dès le mois de juin que FVP travaille déjà sur le calendrier de l’année suivante car les dates sont très compliquées à obtenir mais FVP a la chance aussi d’être apprécié sur bien des circuits ce qui leur permet d’avoir assez rapidement de nouvelles dates confirmées comme par exemple pour les 500 miles 2014 ! Historiquement, leur étaient réservés un weekend sur le grand circuit et un weekend sur le petit circuit. Pourtant, pour 2014 se profilent déjà sept autres dates à Magny-Cours, ce qui est vraiment intéressant car c’est un circuit très apprécié des pilotes. Le circuit de Dijon leur fait également confiance en leur proposant trois dates en France.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

L’ensemble des circuits se panache avec des petits circuits (ce n’est pas péjoratif) tant au niveau du tracé et autres, car ceux-ci se marient bien pour l’écolage, l’initiation à la piste, la découverte de la piste. Pourquoi ? Parce que la vitesse n’y est pas trop élevée par rapport à certains autres circuits, ce qui permet de commencer à gagner en confiance sur la piste. Ces petits circuits amènent énormément en terme de convivialité, et ce rapprochement des gens aide aussi à bien leur expliquer comment fonctionne la piste car ces petits circuits sont techniquement tout aussi difficiles, voire plus que certains grands circuits ; tout est question de vitesse de pointe sur ces petits circuits qui représentent tout ce que l’on peut rencontrer comme difficultés, tout comme sur l’ensemble des circuits.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Après, il y a des circuits qui sont beaucoup plus grands, et peut-être aussi pour certains, qui sont aussi beaucoup plus prestigieux, évoquant des noms de courses de motos, ou même de voitures, comme la F1 par exemple. Donc il y a des pilotes pour lesquels faire du circuit est un rêve qu’ils réalisent une fois l’an, ou plus pour certains, d’aller sur ces circuits de prestige pour s’identifier à leurs idoles qu’ils voient à la TV sur les GP ou ce genre de choses. Cela dégage aussi des émotions et aussi de pouvoir dire : j’ai aussi roulé sur ce circuit où Rossi, Lorenzo, ou Pedrosa ont roulé, après, à chacun son idole. Pour tout pilote amateur, cette expérience lui permet aussi de réaliser pleinement toutes les difficultés que les pilotes professionnels peuvent rencontrer lors de Grands Prix et ainsi lui amener un petit peu de modestie sur sa propre qualité de roulage. Donc ces grands circuits sont très bien et permettent de capter beaucoup d’émotions, de sensations et de passion recherchées.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Un maître mot au sujet du choix de ces circuits : la sécurité ! Egalement d’autres petits circuits pourraient être intéressants pour le roulage mais, ne présentant pas tous les critères optimums de sécurité souhaités par FVP, ce dernier préfère y renoncer, demeurant fidèle à ses principes de sécurité qui paraissent essentiels.
Donc ce 60% de clientèle suisse se répartit dans les différentes langues. Il y a également une clientèle européenne venant de France, d’Italie ou d’Espagne. Au delà de ces frontières et de façon un peu plus isolée, certains pilotes viennent de Finlande, de Suède, d’Australie mais aussi des USA. Parmi ces pilotes, certains sont domiciliés en Suisse à temps partiel. Il est toujours intéressant de voir la localisation géographique de ces personnes puisque cela les place un petit peu partout sur la mappe mondiale. Ce mélange de nationalité est toujours très sympathique et donne aussi un côté très international à FVP. En terme de communication, cet accueil multilingue prend là tout son sens et permet à chacun de se sentir immédiatement à l’aise, condition de base pour que tout se passe bien ensuite.
Depuis la reprise par FVP, l’ensemble des clients a un petit peu changé au niveau de la typologie, car la partie alémanique a quasiment doublé depuis trois ans en passant de 10% à 20%. Pour FVP, cette nouvelle clientèle, quelque soit la langue, est une clientèle qui vient se fondre dans une clientèle existante et qui prend la température ou les émotions du moment sur le paddock, et les pérennise aussi. Cette évolution de clientèle bénéficie de l’esprit FVP, à travers l’esprit des clients qui sont présents et fidèles depuis de longues années. Par exemple, un père amène son fils qui vient de commencer à rouler, ou sa fille, ou sa femme, c’est cet esprit familial qui les amène à la piste, avec toujours cet esprit de Gentleman Driver.

FVP n’est pas très côté au niveau courses, à une exception près : celle des 500 miles de Magny-Cours qui a toujours lieu fin juillet, depuis dix ans déjà ! A la base, l’idée était de réaliser une course d’endurance pour des pilotes amateurs. Une des particularités de cette course est ses chronos qui sont limités entre 1’50 » et 2′. Pour tous les pilotes qui roulent en dessous de 1’50 », leur chrono ne compte simplement pas, en raison du fait que FVP ne souhaite aucun team professionnel pour cette course, puisque ces teams bénéficient déjà de terrains de jeu en championnat du monde d’endurance et il est vrai aussi que ce sont plutôt des courses élitaires. L’esprit FVP est de toujours pérenniser cet esprit populaire et familial et d’amener aussi des pilotes, au budget très modeste, à pouvoir participer à une course d’endurance ou de type endurance, puisque le départ se fait tout comme au Bol d’Or, avec les mêmes émotions et avec une grande particularité aussi, qui est de pouvoir partager la course en deux, c’est à dire en roulage de nuit, avec un départ de jour et avec une arrivée de nuit.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Les émotions au départ sont énormes et à partir du moment où les pilotes enclenchent les feux, aux alentours de 21 heures, l’émotion double quasiment ! En tout cas c’est quelque chose de profondément ressenti par beaucoup. Pour ce départ style endurance, les pilotes se placent donc à l’opposé de la ligne de Pit-Lane, courent jusqu’à leur moto, qui est tenue par le mécano, pour l’enjamber et prendre le départ.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Avec cette particularité propre à l’endurance, le départ est original et spectaculaire à voir, tout comme cette course de nuit, avec ses relais, puisque la course est ouverte aux relais à l’américaine ou à la française. Ce qui différencie les deux types de classements, c’est que les équipages avec une seule moto ou, plusieurs motos pour le même Team sont acceptés dans deux classements différents bien sûr, avec des classements pour ces deux typologies et également dans chacune de ces catégories, où existe un sous classement par cylindrée, soit en 600 cc ou en 1000 cc. Cette situation amène vraiment beaucoup de gens à cohabiter sur la piste avec des objectifs peut-être un petit peu différents, une méthode de course différente également, mais au final un plaisir comme chacun se plaît à rappeler souvent, que la vraie victoire n’est pas le podium ou la coupe, bien que ce soit une récompense très claire mais, c’est avant tout, de finir la course, c’est à dire d’y passer la nuit en finissant la course au bout de 183 tours, à 1h00 du matin avec le sourire.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

500 miles représentent 183 tours multipliés par 4,414 km de piste. C’est donc exactement l’équivalent de 807.762 km (arrondi à 808 km) de courses, par relais de trois pilotes où ils ont vraiment de quoi se donner durant, en gros, ces 8h00 de courses. Donc tous ces pilotes vont prendre le départ dans un ordre précis qui est l’ordre des qualifications qu’ils ont réalisées pendant toute la journée du vendredi. En fait, le vendredi se divise en une partie d’essais libres, de 10h00 le matin à 15h00. Ensuite, par couleurs de pilotes (brassards), ils vont réaliser des chronos de qualifications de jour, et ensuite, ils vont avoir aussi des qualifications de nuit. Donc c’est cette particularité de FVP qui fait que la grille de départ sera donnée selon l’ordre de qualification de chacun. Il n’y a pas de critère particulier quand au brassard donné aux pilotes car l’idée est de différencier chacun des pilotes, uniquement dans un but de reconnaissance.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

En principe, le plus rapide est celui qui doit prendre le départ. Là le règlement a quand même légèrement été modifié. Celui qui doit prendre le départ n’est pas nécessairement le plus rapide. Donc là, le choix de cette prise de décision appartient au Team Manager de l’équipe. Ces trois pilotes ne sont pas seuls mais bien encadrés par des amis mécanos, des copains qui vont les aider à faire la mécanique, durant toute l’épreuve. Ces mêmes copains, cette même famille, vont aussi un petit peu travailler dans l’ombre pour préparer tout ce qui est subsistance, donc les grillades pour les pilotes, leur chercher des boissons pour qu’ils puissent se rafraîchir, etc..

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Ainsi, sur les paddocks de Magny-Cours, la vie se déroule, très intense, telle au sein d’une fourmilière où chacun tient un rôle précis, dans un bel esprit de groupe. Ainsi, les paddocks sont remplis par environs 153 pilotes, pour un ensemble de 23 teams de deux à trois pilotes, puis, à chiffrer la liste des accompagnants, pilotes compris pour le roulage, on arrive à peu près à 800 personnes présentes lors de ce weekend de cette édition 2013.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

La particularité de cette course est aussi d’être couplée à du roulage libre pour lequel beaucoup de gens prennent part dans le but de venir voir la course et de s’imprégner aussi de cette ambiance bien particulière, propre aux 500 miles.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Dès lors, le roulage libre reste aussi un créneau privilégié qui représente aussi toute la force de FVP puisque sur plus de 50 dates, il y a au moins 14 circuits différents qui sont concernés.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Magny-Cours représente, entre autres, un de ces circuits que FVP porte vraiment en son cœur car l’accueil y est particulièrement chaleureux. Des dates historiques comme les 500 miles, sont généralement complètes à fin janvier et le roulage qui l’accompagne est aussi complet en général à fin février, victime d’un franc succès ! Il est vrai que certaines destinations plaisent énormément et remplissent plus rapidement que d’autres le calendrier.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Cependant, dans les pays de l’Est existent aussi des tracés qui sont peu connus, à l’exception de Brno, comme le Slovakia-Ring ou le Pannonia-Ring, qui sont des circuits nettement moins médiatisés mais qui par contre ont l’intérêt d’avoir un tracé et un accueil juste phénoménal ! FVP a eu la chance d’aller au Pannonia-Ring plusieurs fois et Barbara a aussi eu la chance d’aller au Slovakia-Ring voir un peu les infrastructures et de constater que ce circuit présente toutes les qualités d’un circuit GP, au delà des 5.8 km, tout comme aujourd’hui celui de Brno en République tchèque !
Le plus grand circuit en Europe est celui de Spa-Francorchamps avec ses 7.100 km. Donc sur l’ensemble des circuits d’aujourd’hui, les tracés sont d’une moyenne de 4,4 km à 4,8 km au maximum et pour les circuits de plus petites tailles, le tracé avoisine en général 2,9 km de distance.
Toujours très sympa c’est aussi le circuit de l’Anneau du Rhin qui est très prisé avec pour preuve une réservation généralement complète cinq à six mois à l’avance.
Pour Mugello qui est un circuit de prestige, il est vraiment exceptionnel d’y arriver une première fois en ayant le weekend du 15 août ! (férié en Suisse) C’est chose faite pour 2014 !
Misano est aussi un très joli circuit prévu au calendrier 2014 pour le mois de juin déjà ! C’est vraiment une destination qui plaît beaucoup puisque là-bas, tout a commencé avec 60 clients, puis 120 en 2013 et certainement bien davantage pour l’an prochain !

Cependant, pour la clientèle suisse-allemande Brno est bien plus proche que Barcelone, donc bien plus intéressant en terme de kilomètres pour s’y rendre ! Chaque année, FVP essaie aussi d’amener une proximité pour chacun, en même temps que quelques nouveautés au calendrier et aussi d’organiser en fin de saison un transport sur des circuits mythiques comme celui de Portimao ou alors encore Jerez qui représente une destination de rêve mais aussi de 5’000 km aller-retour depuis la Suisse.. Donc là, un semi remorque transporte le matériel et les gens se déplacent en avion. C’est une manière de terminer la saison en beauté.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

En 2013, FVP a aussi pris une nouvelle direction, qui est d’amener des pilotes comme Michael Savary, qui a remporté le titre de champion du monde d’endurance en 2013, à prodiguer ses conseils à des clients, sous forme de coaching privé. Ainsi, sur une journée, ces gens bénéficient des conseils d’un pilote professionnel, afin de gagner de la vitesse sur la piste mais aussi surtout de la sécurité.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

C’est dire que le créneau de Michael est plutôt d’amener un maximum de sécurité au niveau de la piste, à travers la technique de pilotage et de constater que les chronos baissent ensuite. C’est du luxe de voir un pilote rouler plus vite avec beaucoup plus de sécurité qu’avant.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Donc ceci est important car ce coaching privé correspond à une demande toujours plus fréquente des clients. FVP l’organise uniquement sur certains circuits comme Magny-Cours, Dijon ou Aragon.

Cette sécurité représente un aspect des choses qui est cher à FVP car ce que les gens ignorent en règle générale, c’est que la location d’un circuit impose une assistance médicale. En général cela fonctionne avec un urgentiste de poste et une ambulance du SAMU ou une ambulance sur appel. Donc c’est un minimum requis pour pouvoir louer une piste. FVP a pris une option différente qui met en avant plutôt les pilotes et les valeurs humaines. Le choix de FVP est donc d’avoir systématiquement deux médecins et deux ambulances sur l’ensemble des circuits. Pourquoi ? Parce que FVP est une entreprise téméraire et la moto est quand même un sport à risque où les gens peuvent avoir besoin d’être secourus dans les plus brefs délais, donc, deux médecins, c’est peu, selon l’ampleur des besoins. FVP préfère avoir à disposition deux médecins qui ne font rien de toute la journée plutôt qu’il n’y en ait qu’un sur un évènement. Donc cela est vraiment très important pour l’ensemble des évènements. Leur maître mot, je le répète, c’est la sécurité ! Donc cet aspect est discuté au briefing le matin ou lors du coaching ou de l’initiation au circuit.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

L’ensemble de ses coachs accompagne les débutants sur la piste car il est très important qu’ils soient sensibilisés à ce facteur de sécurité. Donc la devise FVP est : du plaisir en toute sécurité ! C’est vraiment le créneau auquel FVP n’y dérogera pas ! C’est clair que le sport comporte des risques donc le danger zéro n’existe pas.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

FVP représente une activité de 25 bénévoles qui oeuvrent toute l’année pour la société, pour l’ensemble de l’encadrement technique, sur la piste mais avant tout, aussi pour l’accueil des clients, le contrôle administratif, le conseil aux clients, donc c’est vrai que les filles s’y collent admirablement puisqu’elles ont toujours naturellement le sourire pour accueillir les personnes en répondant à leurs différentes questions et ces bonnes conditions d’accueil favorisent une excellente ambiance pour le déroulement de ces journées de roulages. Finalement FVP est une grande famille avec des surnoms pour chacun au sein du team, ce qui dénote vraiment de cet esprit familial qui leur permet de donner le maximum aux clients pour faire en sorte que tout se passe bien.
En plus de Michael Savary que j’ai déjà cité, un autre pilote fait partie du Team FVP, il s’agit de Fabien Romanens qui pilote en Promosport en France.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Dans cette équipe, il y aussi d’anciens pilotes qui ont fait le Bol d’Or, comme par exemple Blaise Labarthe qui fait partie du team actuellement avec son frère Christophe mais aussi d’autres pilotes anciens champions suisse dont Jean-Pierre Monnet, 55 ans, vétéran du team mais qui roule encore très vite, selon les divers échos reçus. Il y a aussi Daniel Maillard, deux fois champion suisse et son frère ! Ceux sont donc tous des gens passionnés de moto qui oeuvrent en voulant rester modestes tout en restant très disponibles pour partager leurs expériences de la compétition sans se pavaner pour autant sur leurs palmarès !

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Ensuite il y a Sébastien Suchet à qui FVP essaie de lui amener quelques roulages pour préparer sa saison car sa maman œuvre beaucoup pour FVP dans tout ce qui est accueil administratif et autres.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Il y a aussi Valentin Suchet, son jeune frère qui a couru les 500 miles pour la première fois à l’âge de 15 ans et qui l’a fait cette année, avec un copain. Ils ont roulé en catégorie 600 cc qu’ils ont d’ailleurs gagné et gagné au scratch des 500 miles. Ici, dans un esprit familial, le pilote du championnat du monde vient aider son frère, en tant que mécano, sur une course de 500 miles.
Il est clair que sans tout ce team d’importants et précieux bénévoles, FVP ne peut pas tourner ! Il est intéressant de constater qu’aucun membre du team ne met son individualité en avant, c’est vraiment un travail d’équipe où chacun fonctionne de sa propre initiative en sachant exactement ce qu’il a à faire pour le bien de tout le monde !
Par un excellent partenariat, plusieurs grandes marques soutiennent FVP au niveau du matériel, comme par exemple pour l’apport de motos performantes qui sont mises à disposition du team ou encore pour la fourniture de carénages, incluant leurs décorations, mais aussi pour l’apport de pneus ou d’huiles d’excellentes qualité.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Au final, la réussite de FVP est le fruit d’un soutien permanent reçu par certaines entreprises ou personnes qui mettent tout en œuvre pour assurer un tel succès.
Ainsi, les weekends de roulages s’enchaînent et se poursuivent avec un team restant fidèle à lui-même, toujours prêt à accueillir sa clientèle sur de nouveaux décors de pistes en Europe.

Un autre regard sur les 500 miles de Magny-Cours 2013

Pour plus d’infos sur le calendrier 2014, rendez-vous ici :
http://www.fvp-moto.ch/fr/

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,437FansLike
198FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité