Steve Suzuki Wheatman C’est une recherche constante

Steve Wheatman devait l’avoir ce Suzuki 50cc ! A 16 ans, ce cyclo était son rêve et pendant des jours et jours, semaine après semaine, il a arpenté le restaurant de son père pour gagner l’argent nécessaire. Et c’est ainsi, voici trente-trois ans, qu’une passion débuta !Depuis Steve dirige le « Suzuki Classic Racing Team » et continue à vivre son rêve, chérissant les anciennes machines d’usine d’Hamamatsu et racontant les histoires de ces Suzuki de légende.L’an dernier, Steve est venu à Francorchamps avec une toute petite partie de son incroyable collection. C’est grâce à lui que le réticent Boet van Dulmen a finalement décidé d’accomplir son come-back aux Bikers’ Classics. Le Hollandais a disposé d’une mécanique appartenant à Wheatman et en a joui autant que son propriétaire.« Ce fut un réel plaisir de voir Boet au guidon de cette moto de 1983 et surtout de vivre l’accueil que les supporters hollandais lui réservèrent. Les encouragements et les chants en son honneur n’arrêtaient pas ! » se souvient encore Steve.Les Bikers’ Classics de l’an dernier ont manifestement mis Wheatman en appétit. Dans sa tête, il ne faisait aucun doute qu’il devait être de la partie en 2010 de manière beaucoup plus conséquente. Il reviendra donc à Francorchamps les 11, 12 et 13 juin prochains non pas avec une mais avec au moins sept machines. Notamment avec la Suzuki 500cc qui, en 1978, permi t à Wil Hartog de l’emporter devant Randy Mamola.On ne peut s’y tromper : Steve Wheatman est un fanatique incurable de Suzuki.« J’ai été fasciné par les courses où Barry Sheene jouait le héros, explique-t-il. Malheureusement, je n’ai jamais rencontré le champion anglais. Pourtant lui et sa Suzuki RG 500 furent les principales raisons de ma fascination pour la marque. Quand la version route de la RG 500 a été commercialisée, en 1985, j’ai tout vendu pour me l’offrir ! »Depuis longtemps, Steve à l’habitude de fréquenter les circuits britanniques au guidon d’une Suzuki Super Six datant de 1966. La première moto de sa collection, comme il nous le rappelle. « J’ai toujours cette moto, mais ma première moto de course fut une RG 500 MK1 à présent animée par un moteur utilisé par Barry Sheene. Ce moteur fut exploité à Assen en 1998 dans une XR14 de Chris Wilson. Après Assen, le moteur a été déposé pour réparation et installé plus tard dans ma moto. Ainsi, Barry Sheene est un peu présent avec moi. »
Steve  Suzuki    Wheatman   C’est une recherche constante Steve  Suzuki    Wheatman   C’est une recherche constanteLa collection de Steve est vraiment impressionnante et n’inclut pas uniquement des motos. On y trouve aussi des cadres en carbone très rares et des moteurs.Personnellement, la préférence de Weathman se porte vers les moteurs deux temps. « Ma période favorite va de 1976 à 1985 et ma moto préférée est la XR45 que Randy Mamola pilota en 1983 en Afrique du Sud et en France. La couleur jaune du HB Gallina est certainement la livrée que je préfère. Cette moto n’est pas la meilleure au niveau du rendement mais certainement la plus belle question esthétique. Philippe Coulon a d’ailleurs roulé sur cette machine l’an dernier à Spa. »Steve avoue aussi une faiblesse pour la XR35 de Barry Sheene. « Les motos utilisées en 1983 et 1984 n’étaient pas des machines d’usine, mais ces belles mécaniques me font flipper.J’ai retracé l’historique de cette Suzuki qui est, en fait, la moto N°1 employée par Randy Mamola et avec laquelle l’Américain a remporté de nombreux Grands Prix et est devenu vice champion du monde en 1981. L’année suivante, cette XR35 a été exploitée par Keith Huewen avant d’atterrir dans les mains de Sheene en 1983. »Wheatman roule occasionnellement sur ses motos et la préparation de ces machines est exclusivement réservée aux anciens mécaniciens d’usine Paul Boulton et Nigel Everett. Ces deux experts doivent se couper en quatre, car Steve planifie de nombreux voyages à l’étranger. « Les motos ont été deux fois en Afrique du Sud, seront à Spa-Francorchamps, puis dirigée vers Verano en Italie et sans doute vers Imatra en Finlande. Pour 2011, nous avons bon espoir d’aller plus loin encore, aux Etats-Unis et en Australie.Je désire que toutes mes motos fonctionnent parfaitement, qu’elles soient admirées par un maximum de personnes et, si possible, conduites par leurs pilotes de jadis. Il me serait vraiment agréable d’obtenir la participation de Marco Lucchinelli, Graziano Rossi, Tepi Lansivuori, Virginio Ferrari, Randy Mamola et Phil Read. Des champions qui participèrent aux G.P au guidon de ces machines. C’est tellement mieux de voir une moto en action plutôt qu’elle ne traîne dans le coin d’un garage ou prenne la poussière oubliée au fond d’une caveMon vœu le plus cher? N’importe lequel ? Je voudrais vraiment posséder une V4 d’usine de l’époque de Kevin Schwantz. J’ai presque rassemblé toutes les pièces pour m’en construire une. J’ai encore juste besoin d’un cadre et d’un jeu de carburateurs. Espérons que ce soit pour bientôt. Mais vous savez, les motos anciennes, c’est une recherche constante… »
Steve  Suzuki    Wheatman   C’est une recherche constante

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité