Que Viva Mexico!

La crise financière et la grippe A réunies n’auront pas eu raison du GRAND PRIX MAXXIS DU MEXIQUE. Et avant même le lancement de l’épreuve lors du KTM SUPER TEST du vendredi 17 juillet, c’est déjà une première victoire qui nous est offerte. Celle de l’enduro et du MAXXIS FIM WEC, qui grâce à l’implication de la FIM, de la majorité des écuries du championnat et d’ABC Communication, a réussi à maintenir ce qui s’annonce comme le rendez-vous le plus exotique et festif de l’histoire du Championnat du Monde d’Enduro. Les stars du MAXXIS FIM WEC ont donc pris la direction de Valle de Bravo, une ville de 55 000 habitants située à deux heures de route de Mexico City. Sur les berges du Lac Avandaro, Valle de Bravo avec son architecture coloniale est devenu le lieu de villégiature de la bourgeoisie de Mexico le week-end. Les paysages environnants sont montagneux et verts, ils ont d’ailleurs valu à la région le surnom de « Suisse mexicaine ».Pour ce sixième des huit rendez-vous de la saison 2009, le WEC débarque en plein milieu de la saison des pluies, qui démarre en mai et s’achève en septembre. à deux étapes de la fin, l’épreuve mexicaine sera peut-être l’occasion pour Oriol MENA (ESP-HSB) de décrocher la couronne mondiale chez les Juniors. Fort de huit victoires, et récemment confirmé par Husaberg pour les prochaines années chez les Seniors, l’Espagnol peut s’assurer dès le Mexique un titre après lequel il court depuis cinq saisons. L’adversité ne manquera pourtant pas chez les moins de 23 ans. Au fil de sa fulgurante ascension Jérémy JOLY (FRA-HM) se révèle à chaque fois comme un adversaire plus coriace.La dernière tournée Finlande-Slovaquie il y a quatre semaines a fini de marquer l’hégémonie de Mika AHOLA (SF-HM) chez les ENDURO 1. Elle a aussi permis d’assister à l’avènement d’Antoine MEO (FRA-HVA) sur la scène internationale. En deux courses, le Français est passé du statut de Rookie à celui de vainqueur potentiel du championnat dans les prochaines années. Il sera donc intéressant de surveiller la réaction de Simone ALBERGONI (ITA-KTM), délogé de son rôle de dauphin d’Ahola et aujourd’hui troisième du championnat à 5 points de Méo.Et si Bartosz OBLUCKI (POL-HVA) parvenait à voler la vedette à Johnny AUBERT (FRA-KTM) au Mexique. En ENDURO 2, le Polonais lors de la dernière épreuve slovaque a bien failli battre le champion français par deux fois. Oblucki connaît les spécificités du terrain de Valle de Bravo pour avoir participé et gagné le FunEnduro, la course à l’origine de ce Grand Prix latino-américain. Chez les ENDURO 3, Ivan CERVANTES (ESP-KTM) connaît lui aussi quelques portions du tracé de cette épreuve. Il sera d’ailleurs intéressant de voir comment réagit le fier leader espagnol, sous la pression de Christophe NAMBOTIN (FRA-GAS), deuxième du championnat à 17 points de Cervantes.à un an des ISDE 2010 au Mexique, ce GRAND PRIX MAXXIS sera également l’occasion d’assister à une répétition générale en terme d’organisation. Par son engagement permanent sur les Six Jours et son état d’esprit qui lui a valu de décrocher le titre du Fair Play, la Federacion Mexicana de Motociclismo a toujours montré son aficion pour l’enduro. Et pour Sergio DIAZ, le chef d’orchestre de ce proche rendez-vous, le retentissement de la venue du WEC dépasse largement les frontières de la discipline : « le Grand Prix du Mexique sera l’événement de sports mécaniques le plus important de l’année du pays, explique-t-il. Avec le précédent du FunEnduro, organisé chaque année depuis 2002, le WEC à Valle de Bravo peut s’attendre à un large succès populaire. Les gens veulent savoir ce qu’est le World Enduro Championship. 35 pilotes mexicains seront engagés, nous aurons également des pilotes des états-Unis, et environ vingt représentants de l’Amérique Latine, avec le Guatemala, le Salvador, la Colombie, le Venezuela, le Honduras, l’Argentine et le Chili. Le plateau de pilotes devrait atteindre les 90 engagés, ce qui est considérable si l’on tient compte du nombre de nations représentées. On va faire attention à avoir tous les drapeaux au départ! Concernant le terrain, nous sommes en pleine saison des pluies et c’est devenu technique… Et du coup encore plus plaisant de rouler dans les bois ! Valle de Bravo est aujourd’hui entièrement verte, il n’y a plus de poussière. L’altitude moyenne est de 2000 mètres, donc les motos consomment moins et augmentent leur autonomie. ça nous permet de tracer des spéciales très longues, plus particulièrement la Cross Test qui avoisine les 12 minutes. »Pour la première fois de son histoire, le MAXXIS FIM WEC découvrira le pays de la civilisation maya, de la tequila et des mariachis, à l’occasion du GRAND PRIX MAXXIS DU MEXIQUE, les 18 et 19 juillet à VALLE DE BRAVO.

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Le salon de Bruxelles, avec ou sans moto ?

Le salon de Bruxelles est bien confirmé mais vous n'êtes sûrement pas sans savoir que certaines marques motos ont annoncé qu'elles n'y...

Yamaha Tracer 900 GT, la même en mieux.

Lancée sur le marché en 2015 sous le nom de MT-09 Tracer, la Sauterelle surexcitée de la firme d’Iwata subit en 2018 une profonde...

BMW R1200 GS Adventure

BMW profite du passage à l’Euro 4 pour faire évoluer sensiblement la GS. Soucieux de conserver une longueur d’avance sur la concurrence, le constructeur...
Publicité