Héros de Hollywood, passionné de moto

Steve McQueen est connu mondialement comme acteur de cinéma de premier plan des années 60 et 70. Il commence comme mécanicien dans l’armée américaine et il gardera la passion de la vitesse au long de sa vie. Après quelques films dans les années 50s, sa réputation commence à grandir avec la série TV « Josh Randall » en 1960. Quelques rôles de premier plan dans des films connus sont suivis d’une offre de rôle principal dans le film de John Sturgess « La Grande Evasion » en 1963. Fanatique de courses de motos et de voitures, Steve suggère lui-même la scène finale, le célèbre saut à moto par-dessus les barbelés de la frontière. Steve a amené avec lui son copain Bud Ekins, motocycliste expérimenté, qui est engagé comme cascadeur. Steve pilote lui-même dans pratiquement toutes les scènes sauf le célèbre saut à la fin. Pendant la réalisation du film, Bud Ekins part en Tchécoslovaquie pour participer aux Six Jours à Spindleruv Min, où il remporte une médaille d’or. De retour auprès de Steve, il lui raconte cette expèrience et naît alors l’idée de préparer un team US en vue de prednre part à cette manifestation l’année suivante. Les pilotes suivants sont inscrits pour les ISDT à Erfurt, en Allemagne de l’Est, du 7 au 12 septembre 1964 : Steve McQueen (Triumph TR6 750), Cliff Coleman (Triumph TR6 750), Bud Ekins et son frère Dave (tous deux sur Triumph TR5 500), les quatre forment l’équipe disputant le Vase d’Argent; il y avait aussi J.A Taylor (175cc Bultaco), W. Stewart (175cc CZ), P. Hunt (250cc CZ), St. Peters (250cc Jawa), J. Smith (250cc CZ) et J.F. Steen (Triumph TR5 500cc), ce dernier étant le pilote réserve de l’équipe du Vase.Le problème est que la plupart d’entre eux sont beaucoup plus habitués à des courses de désert qu’à la terre lourde et boueuse d’Europe Centrale. Malgré cela, lors du premier jour de compétition à Erfurt, et malgré la pluie, les pilotes US terminent dans le temps imparti et l’équipe se retrouve en tête du classement. Le deuxième jour, dans les mêmes conditions, tout se passe également bien et l’équipe reste en tête dans la course au Vase d’Argent. Le troisième jour, le soleil brille et les conditions sont bonnes. Mais d’un seul coup les choses se passent mal. Bud Ekins heurte un muret avec sa jambe gauche, mais il réussit à finir dans les temps. Steve McQueen chute une première fois, provoquant un problème mécanique qu’il parvient à réparer rapidement. Il roule fort pour essayer d’éviter de perdre trop de temps, et soudain, pour éviter un autre pilote, il sort de la piste, et chute lourdement. Il n’est pas sérieusement blessé, mais sa Triumph est trop endommagée (la fourche avant est tordue contre le cadre). C’est l’abandon. Comme le Vase d’Argent est maintenant hors d’atteinte pour l’équipe, Bud renonce à prendre le départ le jour suivant – sa cheville gauche est cassée. Cliff Coleman et Dave Ekins continuent la compétition pour une médaille d’or, qu’ils obtiendront tous les deux.Malgré le sentiment de déception, l’expérience est considérée comme inoubliable par tous les membres de l’équipe – également par d’autres pilotes d’autres pays qui ont pris part à cette compétition et se souviennent de la présence de l’équipe américaine.Pour cause d’engagements au cinéma, Steve McQueen ne peut pas prendre part aux ISDT 1965 à l’Ile de Man – les autres Américains s’y rendent, mais à cause de la pluie et du brouillard la manifestation tourne au désastre pour beaucoup de participants. La Triumph TR6 de Steve est utilisée par Ed Kretz à l’Ile de Man, puis en 1966 par Bud Ekins lors d’une course de désert de Tijuana à La Paz, au Mexique, qui va devenir plus tard la célèbre Baja 1000 Desert Race. Steve McQueen prend part à d’autres courses de moto en Californie à la fin des années 60 ; quelques-unes de ces compétitions peuvent être vues dans le film de Bruce Brown « On Any Sunday ».La passion de Steve McQueen va également vers les quatre roues. En 1968, il joue dans le film de Peter Yates « Bullitt ». Ce film devenu « culte » montre l’une des poursuites de voitures les plus spectaculaires de l’histoire du cinéma, de loin la meilleure à l’époque. Deux ans plus tard un film sur la course automobile voit le jour : « Le Mans » de Lee Katzin est un projet dans lequel Steve McQueen est très impliqué. Le résultat est considéré par beaucoup comme le meilleur film jamais réalisé sur la course automobile. Steve McQueen décède en 1980, mais pour bien des gens, en particulier les fans de compétition moto et auto, il ne sera jamais oublié.Marc PétrierSources: 40 Summers ago – Hollywood behind the Iron Curtain (Rin Tanaka, Sean Kelly); Unforgettable Steve McQueen (Tag Heuer); Paris-Match (édition du 19 septembre 1964).Remerciements particuliers à Dave Ekins et Oriol Puig Bulto pour leur contribution.
Légende photo:Equipe américaine officielle disputant le Vase d’Argent en 64 (de gauche à droite): Dave Ekins, John Steen, Steve McQueen, Cliff Coleman, Bud Ekins (photo courtesy of Dave Ekins).
Héros de Hollywood, passionné de moto
Steve Steve McQueen en Tchécoslovaquie aux Six Jours à Spindleruv Min
Héros de Hollywood, passionné de moto Héros de Hollywood, passionné de moto

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,437FansLike
198FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité